Les paris sportifs séduisent les mineurs

Les sites de paris sportifs en ligne ne connaissent pas la crise. Le nombre de joueurs est en forte expansion. Entre 2017 et 2019, le nombre de joueurs a triplé, atteignant 3 millions de personnes adultes. Ce succès fou ne s’arrête pas à ces chiffres d’ores et déjà vertigineux. La crise sanitaire liée à la Covid 19 a permis à ces sociétés de paris sportifs de rafler la mise, malgré l’arrêt des compétitions sportives durant plusieurs mois. Entre fin 2019 et fin 2020, elles ont enregistré 29% de joueurs en plus. Le nombre de joueurs chez les 18-24 ans a, quant à lui, doublé. Plus de temps libre, moins de dépenses pour les loisirs, de nouveaux amateurs se sont pris au jeu. On peut comprendre aisemment dans ce contexte d’isolement que des étudiants qui ont perdu leur job se soient laissés séduire par les offres promotionnelles des bookmakers. Certains dans l’espoir, parfois réalisé, de se faire un peu d’argent grâce à ces paris, d’autres simplement pour casser la routine et se laisser happer par l’adrénaline.

Les paris sportifs en force sur les réseaux sociaux

Depuis quelques temps, les sites de paris sportifs en ligne font preuve d’ingéniosité pour séduire cette nouvelle clientèle. Publicités sur les réseaux sociaux remplies d’emojis et de phrases alléchantes, intervention des influenceurs qui incitent à jouer (ils sont évidemment sous contrat avec les sociétés de paris en ligne), plans de communication à la télévision mettant en avant des jeunes, gagnants aux paris sportifs… Les sites, qui ont recours aux codes des jeunes, ont misé sur l’Euro, une compétition sportive très suivie par les adolescents et les jeunes adultes. Les 13-17 ans sont désormais de plus en plus nombreux à parier, par l’intermédiaire de leurs proches majeurs, en droit de le faire, mais aussi par le biais de leurs mobiles. Ce phénomène pourrait sembler être dans l’ère du temps mais il suscite de nombreuses inquiétudes chez les professionnels de la santé. Car l’addiction aux jeux est une réalité. Plus les individus sont jeunes, plus ils risquent de tomber dans le panneau de la dépendance. Les adolescents sont en effet plus vulnérables, plus manipulables et plus fragiles face aux émotions que peuvent provoquer ces jeux. De plus, il faut mettre en avant l’effet de groupe : les jeunes jouent avec leurs amis et nourrissent, ensemble, cet engouement constant pour les paris sportifs. Un site de paris sportifs clame haut et fort dans l’une de ses publicités « Le pari est plus fort quand on le vit ensemble ». Les sites de paris sportifs en ligne ne s’arrêtent pas en si bon chemin. D’après l’association « SOS Joueur », qui vient en aide aux personnes dépendantes aux jeux d’argent, ces sites accrochent particulièrement certaines catégories de mineurs. C’est le cas des jeunes appartenant à des milieux sociaux défavorisés. À coups de publicités incitatives sur les réseaux sociaux (comme celle intitulée « Tout pour la daronne ») ils leur font miroiter des gains conséquents qui leur permettront enfin de sortir de leur environnement morose.

Du jeu à l’addiction

Les paris sportifs se concentrent en grande partie sur trois sports : le football, le tennis et le basket. Plusieurs entreprises spécialisées, comme France Pari, installée près de Toulouse, fournissent des sites de paris sportifs clé en main à des opérateurs tels que Winamax, Betclic ou le PMU. Selon l’Autorité Nationale des Jeux (ANJ), les paris sportifs séduisent en grande majorité les jeunes adultes. Les parieurs confirmés ou novices sont âgés dans 70% des cas, de 18 à 34 ans. Mais cette clientèle ne cesse de se rajeunir. Car les sociétés de paris sportifs ont de nouveaux objectifs en ligne de mire : séduire les mineurs. Or, rappelons-le, en France, les jeux d’argent sont interdits aux moins de 18 ans…

De plus en plus de jeunes mineurs se retrouvent dépendants aux jeux d’argent. L’addiction, rappelons-le, engendre l’isolement, la solitude, la dépression…et l’appauvrissement. Selon une étude réalisée en 2018 par l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne, 85% des joueurs aux paris sportifs sont perdants et seulement 1,5 joueurs sur 10.000 gagne en moyenne plus 12.000 euros à un pari. Ces chiffres, concrets, ont le mérite de faire redescendre les joueurs sur la terre ferme. Pour renforcer l’arsenal juridique, interdisant aux sociétés de paris en ligne, toute tentative de séduction envers les mineurs, un décret datant du 4 novembre 2020 indique que « sont interdites les publicités qui banalisent le jeu valorisant la réussite sociale ou qu’en jouant, on peut gagner sa vie ». L’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne a tiré la sonnette d’alarme.

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Share on facebook
Share on linkedin
Share on email